Henri-Frédéric Amiel Dec2017Henri-Frédéric Amiel Dec20172Henri-Frédéric Amiel Dec20173

Va, ne crains plus les maux et le poids de la vie ;
Ceux qu’affranchit l’amour peuvent braver le sort ;
Contemplons l’avenir sans peur et sans envie :
L’amour est fort comme la mort.

Lorsque de faux amis viendront à toi, soupire
De sincère pitié pour eux, et, plein de foi,
Plus haut qu’eux, bien-aimé, viens chercher le sourire :
Laisse-les tous, regarde-moi.

Sans compter les périls, vole au but, cœur fidèle ;
Qu’importent les écueils, les autans, les frimas ?
Crois que la vie est juste et marche au devant d’elle,
Front haut, entouré de mes bras.

Et, la main dans la main, dominant tout prestige,
Nous vivrons, nous mourrons, triomphants par l’amour ;
Non plus Toi, non plus Moi, mots que l’amour corrige,
Mais Nous, sans fin et sans retour !

contacts

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :